dimanche 17 octobre 2021

A la Vierge de la Réunion (20 -ème).

 

Intérieur restaurant à la Vierge de la Réunion (20 -ème), blog Délices à Paris.

Encore une table dont j'avais hâte de découvrir la cuisine tant les louanges pleuvent sur cette adresse bistronomique nichée dans le 20 -ème arrondissement de Paris, derrière les fourneaux on trouve la cheffe Elsa Marie passée par de belles tables. La réservation  fut faite assez facilement fin aout  vers la réouverture après les congés d'été pour un déjeuner. Niveau déco c'est très bistro parigot avec en plus des cages à légumes en salle, des bouteilles de vin vides et des aliments en bocaux lactofermentés, il y a aussi un peu de musique pop en fond sonore. Le midi c'est menu déjeuner à 22 euros (entrée/plat/dessert) le soir c'est à la carte avec des plats à partager.


Par cette belle journée d'été j'avais envi d'un truc frais donc entre le choix entre 3 entrées ça sera "melon, concombre, coppa" , les produits sont de qualité avec une belle huile d'olive qui vient enrobé le tout et qui sert de liant mais il manque un petit pour faire décoller cette assiette, genre un pesto ou quelque chose dans le genre.


En plat je choisis la salade de poulpe, tomate, concombre, pomme de terre, olive, c'est une salade froide aux saveurs anisées, le poulpe est cuit al dente, les olives quand à elles apportent leur amertume et les tomates un peu sucrées sont délicieuses, c'est un bon plat aux ingrédients qui pataugent un peu dans ce bouillon du genre très liquide si je devais trouver un défaut.


Comme dessert ça sera riz au lait, fruits rouges, noisettes caramélisées pour moi, le riz est très cuit, trop, les noisettes caramélisées sont une bonne idée, la crème par contre est assez puissante genre crème au lait cru, il faut aimer, le tout est peu sucré. Pas mauvais dans l'ensemble.

Que penser de cette adresse alors? Et bien ça n'a pas été la claque annoncée mais ça reste un lieu sympathique, pas de quoi de quoi traverser tout Paris selon moi mais si on habite dans le coin ça peut être une bonne option.

Prix du menu déjeuner: 22 euros.

Prix à la carte (le soir): de 30 à 40 euros.

Restaurant à la Vierge de la Réunion: 58 Rue de la Réunion. 75020 Paris. Tél: 01 43 67 51 15. Ouvert tout les jours. Métro: Buzenval. Voir site.

   


mercredi 13 octobre 2021

Le tea time du Ritz (1 er), mon avis partagé.

Le tea time au bar Vendôme du chef François Perret élu meilleur chef pâtissier du monde en 2019 est ouvert tout les jours et ça n'est pas trop compliqué pour réserver même s'il faut s'y prendre quelques jours à l'avance pour être sûr d'avoir une table. La salle surplombée d'une grande verrière est sobre mais classe avec en bande son de la musique lounge. Pour me restaurer je choisis la formule le thé du bar Vendôme (68 euros).


Comme boisson je prend le chocolat chaud, il est riche en chocolat mais équilibré avec des notes de fruits secs, un bon chocolat chaud pour les amateurs de chocolat.


Le chariot à gourmandise arrive, je commence par le salé, en haut et en bas se trouvent le club sandwich  avocat/tomates confites, sur les côtés c'est un finger saumon fumé/crème de curry et au milieu un finger volaille/tomates confites, c'est plutôt bon même si ça n'est les meilleurs fingers que j'ai mangé.


Je ne pouvais pas venir sans goûter la fameuse madeleine, inspirée par la madeleine de Proust qui avait ses habitudes dans cette hôtel, elle est comment dire exceptionnelle: légère, fraiche, ça passe tout seul, elle rentre dans mon top 10 de mes meilleures patisseries, il y a du miel de châtaigner au centre, il faut aimer son goût.


On finit avec avec deux scones, un au chocolat et l'autre nature, que dire? Je n'ai pas du tout aimé, je les ai trouvés étouffe chrétiens, heureusement qu'il y a l'excellente clotted cream et les superbes confitures pour faire passer le tout. 
Franchement c'est un tea time est ultra copieux j'ai eu du mal à en arriver au bout.

Conclusion: un des tea time les moins convaincant que j'ai eu à faire, heureusement que l'entremet madeleine relève un peu le niveau, niveau prix ça n'est pas donné, néanmoins on sent que le chef pâtissier a du talent donc je reviendrai pour l'afternoon tea à la française dans j'ai entendu le plus grand bien au salon Proust cette fois. Rdv l'année prochaine.

Prix du thé du bar Vendôme: 68 euros.

Prix du thé royal du bar Vendôme: 88 euros avec une coupe de champagne inclue..

Hôtel Ritz: 15 Place Vendôme. 75001 Paris. Tél: 01 43 16 33 74. Ouvert tout les jours. Métro: Madeleine. Voir site.

lundi 4 octobre 2021

Le Gabriel hôtel la Réserve (8 -ème), un très bon 2 étoiles.

 

Façade hôtel la Réserve Paris (8 -ème), blog Délices à Paris.Intérieur restaurant le Gabriel (8 -ème), blog Délices à Paris.

Encore une adresse où les critiques positives abondent, derrières le piano le chef breton Jérôme Banctel au C.V. est bien fourni, il est depuis 2015 à l'hôtel 5 étoiles la Réserve au restaurant le Gabriel 2 étoiles au guide Michelin et je pense qu'en continuant sur cette lancée il y en aura les 3 un jour. La réservation fin aout à la réouverture après congés ne fut trop compliquée vous ne devriez pas avoir de mal à avoir une table, une fois sur place la salle d'une vingtaine de place se remplie peu à peu avec une partie importante de touristes. En fond sonore de la musique jazzy, le personnel porte le traditionnel costume-cravate, les tables sont nappées pas de doute nous sommes bien dans un grand restaurant.

Ici pas de choix à la carte mais plusieurs formules sont disponibles le midi, pour moi ça sera le menu virée qui rend hommage aux origines bretonnes du chef, il est en 5 services (145 euros).

Mises en bouche restaurant le Gabriel (8 -ème), blog Délices à Paris.)

Quelques amuse bouches pour commencer avec à gauche pomme de terre et algue nori avec du caviar osciètre de la maison Kaviari, à droite une tartelette craquante, jaune d'œuf confit, échalotte vinaigrée et pousse d'huitre, pour finir en bas un cracker au sarrazin farci de gwell avec de la sardine fumée. C'est précis, goûtu, ça commence bien.


Première entrée avec un plat signature du chef: le burger ici au cresson fontaine, beurre de poule et extraction de cresson, les buns sont des morceaux de champignons,  le cresson est divin, l'extraction de cresson qui ressemble à une mayonnaise est ultra crémeuse, c'est un met léger qui ne manque pas de goût avec une tuile pour le croquant.

Cochon, algue nori, huitre, bulot, restaurant le Gabriel (8 -ème), blog Délices à Paris.

Ca continue avec le cochon/algue nori/huitre/bulot, j'ai pris une vraie claque avec ce plat, le cochon est ultra fondant avec un goût bien puissant, le cuisinier a mis un peu de moutarde à l'ancienne aussi, c'est complexe mais harmonieux, en sauçant avec le pain qui est au sarrazin j'ai ressenti une émotion.

Artichauts rôtis, gel de sakura et sauce barigoule restaurant le Gabriel (8 ème).

Puis encore un plat signature à base d'artichauts rôtis, gel de sakura et sauce barigoule, l'artichaut a un parfum exceptionnel, il est presque confit, il faut le manger avec la sauce barigoule, c'est excellent, après ça reste un artichaut.

Maquereau/tomates à l'anchoïade restaurant le Gabriel (8 ème).

On poursuit avec le service au guéridon, le chef en personne vient faire cuire le maquereau entre 2 plaques de bois sur des galets avec de la vapeur d'eau, le poisson est servi avec deux tomates ultra juteuses et un peu sucrées, la sauce est un coulis de tomate infusé aux arrêtes du maquereau, arrêtes qui sont légèrement fumées, encore une émotion sur ce plat.

Pigeon restaurant le Gabriel (8 -ème), blog Délices à Paris.

On finit le salé avec le pigeon de Louvigné rôti, sarrasin croustillant, le pigeon est de bonne qualité et bien cuit même si j'aurais préféré une peau qui croustille, le sarrasin lui apporte son croquant, c'est un excellent plat avec des saveurs que je n'avais jamais exploré avant, on sent que Jérôme Banctel a sa patte.

Voie lactée restaurant le Gabriel (8 -ème), blog Délices à Paris.

Premier dessert appelé la voix lactée à base de lait ribot, sorbet bourgeon de sapin et une tuile de chocolat blanc, c'est un peu salé peut être un peu trop, il y a de la meringue aussi pour le croquant, la glace évoque presque du parfum, c'est surprenant, déroutant, tout le monde n'aimera pas je pense.

Gavotte framboise/vinaigre balsamique restaurant le Gabriel (8 -ème.)

Le dernier dessert est composé de framboises, gavottes framboise et glace au miel de châtaigner, il y a aussi un peu de chocolat, c'est encore une fois déroutant et excellent même exceptionnel je dirai.


On termine avec les mignardises nommés cartes postales avec de gauche à droite en commençant par le haut: un sablé breton ensuite un croustillant sarrasin/agrume puis un caramel mangue/passion et pour un caramel beurre salé. En bas une tarte dont j'ai oublié de noter à quel parfum elle était puis une gavote ensuite un chocolat à la framboise et pour finir une tarte au sarrasin. C'était des mignardises dans un présentoir avec le choix, j'ai tout pris. Sinon tout était très bien avec une mention pour la tarte sarrasin.

En quittant les lieux ont a le droit à une madeleine qui est un peu trop sèche hélas, la recette est à revoir.

Conclusion: j'ai passé un excellent moment et je compte revenir, après pour ceux qui disent que ça vaut trois étoiles je dirai que c'est un excellent deux macarons et comme je disais plus haut  si le chef continue sur cette lancée il les aura mais je pense qu'aujourd'hui ça ne serai pas lui rendre service de lui donner, la comparaison avec les autres tables avec la distinction suprême serai rude, ça n'est que mon avis, en tout cas je recommande fortement cette adresse qui possède un très bon rapport qualité/prix.

Prix du menu déjeuner en trois services: 75 euros.

Prix du menu virée en cinq services: 145 euros.

Prix du menu périples en huit services: 195 euros.

Restaurant le Gabriel: 42 Avenue Gabriel. 75008 Paris. Tél: 01 58 36 60 60. Fermé le week-end. Métro: Champs Elysées Clémenceau. Voir site.

jeudi 30 septembre 2021

Pianovins (11 ème).

Salle restaurant Pianovins (11 -ème), blog Délices à Paris.

Pianovins, sur leur site il est indiqué: "petit bistrot et grandes émotions" ça m'intriguait surtout que ce restaurant remplace les Déserteurs que je n'avais pas aimé avec aux manettes cette fois le cuisinier Michel Roncière qui fut chef de brigade chez Guy Savoy pendant 25 ans et le sommelier Eric Mancio 28 années à la même adresse. L'accueil sur place est très chaleureux, la salle est quand à elle toujours aussi petite, c'est un restaurant de poche avec une déco qui fait semi-gastro avec son éclairage tamisé et sans musique s'il vous plait.

Plusieurs choix sont possibles le midi moi je me tourne vers la formule déjeuner (34 euros).


Comme dans les grands restaurants il y a un amuse bouche, c'est un velouté froid de carotte avec chorizo et cerfeuil, c'est simple et efficace.    


Pas de choix pour le menu déjeuner c'est une formule imposée donc ça sera un gaspacho de tomates anciennes et sorbet pastèque, le mélange gaspacho et sorbet pastèque est divin, il y a une pointe de vinaigre pour l'acidité et très bonne huile d'olive qui vient enrober le tout, c'est assez classique mais bien fait.


On continue avec le plat: du lieu jaune de ligne de Saint-Gilles-Croix-de-Vie avec une mousseline de brocolis et huile d'olive au romarin, la chair du poisson est bien cuite mais la peau est hélas molle, la mousseline est bien lisse mais fade, l'huile d'olive au romarin ne suffit pas à relever le plat, il manque une acidité, un petit truc.

Dessert restaurant Pianovins (11 -ème), blog Délices à Paris.

Le dessert pour finir un clafoutis à la mirabelle de Lorraine et amandes, il est bien léger, peu sucré avec le croquant des amandes, c'est un bon dessert.

Conclusion: je ne vous cache pas que j'ai été un peu déçu par cette adresse, j'apporte une grande importance au plat, il peut y avoir quelques défauts mais là il n'était pas spécialement gouteux, du coup je n'ai pas envi d'y revenir, ça n'est pas les bons restaurants qui manquent sur Paris.

Prix du menu déjeuner: 34 euros.

Prix du menu découverte (en 5 séquences): 52 euros.

Prix du grand menu (en 7 séquences): 64 euros

Pianovins: 46 Rue Trousseau. 75011 Paris. Tél: 01 48 06 95 85. Fermé le lundi et dimanche. Métro: Faidherbe-Chaligny. Voir site.

dimanche 26 septembre 2021

Les délices de Maxime Frédéric au Limbar du Cheval Blanc (1 er).

Intérieur Limbar hôtel Cheval Blanc (1er), blog Délices à Paris.

Maxime Frédéric j'avais été un peu déçu par son dessert au Cinq lorsqu'il y était encore mais à force de lire que c'est le meilleur je me suis dit que je suis peut être passé à côté de quelque chose, que je n'étais pas tomber sur le bon dessert, après tout même les meilleurs peuvent s'égarer. Le voici depuis peu au Cheval Blanc le nouvel hôtel du groupe L.V.M.H. en plein centre de Paris, tout est neuf, le personnel est chaleureux quand à la carte du tea time elle est tournée vers les spécialités régionales, vers les madeleines de Proust de l'équipe de pâtissiers.
Pour cet afternoon tea je prends la formule grand goûter à 65 euros.


En boisson je prends le chocolat chaud origine Pérou 65 %, il est fort en chocolat avec des notes de fruits jaunes et une touche saline.


Puis arrive une espèce d'arbre en bois avec des mini bouchées sucrées et salées, avec ici la partie salée composée de: à gauche mangue thaï et carotte, en bas un pain soufflé au fromage de chèvre, à droite une tartelette crabe avocat, mention pour cette dernière, elle aurait pu être un amuse bouche des plus grandes tables facile.


La partie sucrée est composée de gauche à droite d'un Paris-Brest, en bas une pavlova aux agrumes, à droite une tartelette framboise et en haut un choux chocolat/café, tout était excellent, j'ai juste trouvé le Paris-Brest lourdingue.


Après avoir entendu beaucoup de bien de la tarte au fromage blanc il fallait que je la teste, l'appareil est mousseux, léger, frais et la pâte est bien croquante, le fromage blanc utilisé est de grande qualité, juste pour chipoter je dirai que c'est un poil écœurant.


Pour finir entre le choix entre le douillon à la poire et les profiteroles moi choix se porte sur ces dernières, elles sont vraiment exceptionnelles, je n'ai pas de mots pour décrire et pourtant je ne suis pas un grand fan de profiteroles. La serveuse me ramène une seconde fournée du chocolat chaud en boisson et je n'ai pas pu finir, c'est bien la première fois que ça m'arrive.
 
Vous aurez compris un excellent tea time, la clientèle est composée de cadres essentiellement, ça parle beaucoup contrats, David Toutain était là également, on ne peut pas dire qu'il n'est pas curieux. J'ai bien fait d'avoir persisté et de ne pas être resté sur ma déception du Cinq.

Prix du petit goûter en trois séquences: 55 euros.

Prix du grand goûter en quatre séquences: 65 euros.

Prix du goûter avec une coupe de champagne : 89 euros.

Prix à la carte: de 25 à 84 euros.

Limbar hôtel Cheval Blanc: 8 Quai du Louvre. 75001 Paris. Tél : 01 79 35 50 44. Métro: Pont Neuf. Ouvert tout les jours. Voir site.

Vous aimerez aussi :