dimanche 26 septembre 2021

Les délices de Maxime Frédéric au Limbar du Cheval Blanc (1 er).

Intérieur Limbar hôtel Cheval Blanc (1er), blog Délices à Paris.

Maxime Frédéric j'avais été un peu déçu par son dessert au Cinq lorsqu'il y était encore mais à force de lire que c'est le meilleur je me suis dit que je suis peut être passé à côté de quelque chose, que je n'étais pas tomber sur le bon dessert, après tout même les meilleurs peuvent s'égarer. Le voici depuis peu au Cheval Blanc le nouvel hôtel du groupe L.V.M.H. en plein centre de Paris, tout est neuf, le personnel est chaleureux quand à la carte du tea time elle est tournée vers les spécialités régionales, vers les madeleines de Proust de l'équipe de pâtissiers.
Pour cet afternoon tea je prends la formule grand goûter à 65 euros.


En boisson je prends le chocolat chaud origine Pérou 65 %, il est fort en chocolat avec des notes de fruits jaunes et une touche saline.


Puis arrive une espèce d'arbre en bois avec des mini bouchées sucrées et salées, avec ici la partie salée composée de: à gauche mangue thaï et carotte, en bas un pain soufflé au fromage de chèvre, à droite une tartelette crabe avocat, mention pour cette dernière, elle aurait pu être un amuse bouche des plus grandes tables facile.


La partie sucrée est composée de gauche à droite d'un Paris-Brest, en bas une pavlova aux agrumes, à droite une tartelette framboise et en haut un choux chocolat/café, tout était excellent, j'ai juste trouvé le Paris-Brest lourdingue.


Après avoir entendu beaucoup de bien de la tarte au fromage blanc il fallait que je la teste, l'appareil est mousseux, léger, frais et la pâte est bien croquante, le fromage blanc utilisé est de grande qualité, juste pour chipoter je dirai que c'est un poil écœurant.


Pour finir entre le choix entre le douillon à la poire et les profiteroles moi choix se porte sur ces dernières, elles sont vraiment exceptionnelles, je n'ai pas de mots pour décrire et pourtant je ne suis pas un grand fan de profiteroles. La serveuse me ramène une seconde fournée du chocolat chaud en boisson et je n'ai pas pu finir, c'est bien la première fois que ça m'arrive.
 
Vous aurez compris un excellent tea time, la clientèle est composée de cadres essentiellement, ça parle beaucoup contrats, David Toutain était là également, on ne peut pas dire qu'il n'est pas curieux. J'ai bien fait d'avoir persisté et de ne pas être resté sur ma déception du Cinq.

Prix du petit goûter en trois séquences: 55 euros.

Prix du grand goûter en quatre séquences: 65 euros.

Prix du goûter avec une coupe de champagne : 89 euros.

Prix à la carte: de 25 à 84 euros.

Limbar hôtel Cheval Blanc: 8 Quai du Louvre. 75001 Paris. Tél : 01 79 35 50 44. Métro: Pont Neuf. Ouvert tout les jours. Voir site.

mercredi 15 septembre 2021

Foncez chez Il Carpaccio (8 ème).


Il Carpaccio j'y avais déjeuner en 2014 et j'étais resté sur ma faim, trop cher, une cuisine plus pour les guides que les clients mais depuis peu place à 2 nouveaux jeunes chefs : Alexandra Del Favero et Olivier Piras, deux toques qui se sont rencontrés au restaurant Italien triplement étoilé Da Vittorio et qui ont réussi à décrocher le macaron dans leur propre restaurant Aga sur la botte, et bien je leur prédis la même sentence pour ce restaurant du Royal Monceau. Ici la cuisine se veut authentique et transalpine, pour apercevoir l'étendue des talents des chefs je prends le menu dégustation (125 euros). C'est un menu surprise on ne sait pas ce que l'on va manger, ils nous demandent nos intolérances alimentaires tout de même.


Pour commencer les hostilités quelques chips de polenta bien croquantes mais très salées.


 2 -ème amuse bouche: une bruschetta à base de carotte, elle travaillée en plusieurs préparations, en tartare, la peau séchée et frite et avec les parures une sauce avec du vinaigre, c'est fin, un peu sucré et avec une belle longueur en bouche.

Tartare de sériole restaurant Il Carpaccio (8 ème), blog Délices à Paris.

La première entrée est un tartare de sériole façon verde avec jus de chou fermenté et oxalis, c'est léger, subtil, c'est bon même si je préfère les plats plus vifs.

Carpaccio de bœuf restaurant Il Carpaccio (8 -ème), blog Délices à Paris.

La dernière entrée est un carpaccio de bœuf Fassona avec sauce César, truffe noire et amarante croustillante, la viande est un modèle de fondant et le tout est bien sapide, juste pour trouver la petite bête je dirais que c'est peut être un peu riche, un chouia écœurant.

Risotto potiron restaurant Il Carpaccio (8 -ème), blog Délices à Paris.

Le 1er plat est une vraie tuerie intersidérale, un risotto au potiron, langoustines et œuf fermier mariné façon poutargue, une assiette qui pourrait être servie sur les plus grandes tables, j'ai eu une vraie émotion avec ce risotto.

Paccheri restaurant Il Carpaccio (8 ème), blog Délices à Paris.

En rab j'ai eu le droit au plat signature de la maison Da Vittorio, restaurant qui supervise Il Carpaccio, à savoir une paccheri avec une sauce aux trois tomates différentes avec du parmesan et un peu de vinaigre je crois. La qualité des tomates est dingue, c'est un vrai voyage en Italie.


Le dernier plat est à base de bar dit "panzanella" avec une émulsion de cresson, techniquement irréprochable mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit truc pour le faire passer à un grand plat, attention c'est tout de même très bon.

Tiramisu restaurant Il Carpaccio (8 -ème), blog Délices à Paris.

Les desserts sont signés Quentin Lechat avec ici sa version du tiramisu qui est monté devant le client sur un chariot, une pâtissière imbibe le biscuit avec du café tiède, ensuite elle dépose un peu de praliné au café puis elle pose une grosse cuillère de  crème mascarpone  infusée au café à froid, elle continue avec un peu de praliné café et finie en saupoudrant le tout avec un peu de cacao en poudre. J'ai beaucoup aimé ce tiramisu, les bonnes idées sont le café tiède qui crée un jeu de température et le praliné café, ça reste fidèle à l'idée du tiramisu de base, ça n'est pas trop revisité, dans mon top 3 des meilleurs tiramisu.


Pour finir quelques mignardises avec de gauche à droite: un cannolo à la vanille, ensuite une pâte de fruit citron/limoncello et une truffe au gianduja, tout est très bon.

Vous l'aurez compris j'ai beaucoup aimé cette adresse et je compte revenir pour essayer leur vitello tonnato ou leur carré de cochon qui a l'air pas mal mais aussi le Gioconda un des desserts du restaurant Da Vittorio. Le service est bien ça parle en italien tout comme dans la musique en salle, on est venu me demander si elle n'était pas trop forte, la clientèle est quand à elle assez chic. Ce menu était bien copieux mais dans les assiettes des gens qui prenaient à la carte ça avait l'air plus light. Rendez vous en 2022 pour voir s'ils décrochent l'étoile.

Menu déjeuner: 65 euros.

Menu dégustation: 125 euros.

Prix à la carte: de 72 à 133 euros.

Restaurant Il Carpaccio: 37 avenue Hoche. 75008 Paris. Tél: 01 42 99 88 00. Métro: Ternes. Fermé dimanche et lundi. Voir site.

 

 

dimanche 12 septembre 2021

Restaurant le George (8 ème) sur la route de la deuxième étoile.

 

Intérieur restaurant le George (8 -ème), blog Délices à Paris.


Ca fait un moment que je lis des éloges sur cette adresse de Simone Zanoni ancien chef de Gordon Ramsey à Versailles, il fallait que j'y aille voir de mes propres yeux, nous étions au mois d'aout et c'était surement le restaurant le plus prestigieux encore ouvert pendant cette période de fermeture estivale, ce lieu est classé  dans italien mais la cuisine est décrite comme méditerranéenne sur leur site. Ma sœur F m'accompagne, je lui ai fait la surprise elle qui est fan de cuisine transalpine. La première chose qui m'a frappée en rentrant c'est le nombre de couverts en salle, je n'ai pas compté mais il doit y en avoir plus de 50 facile, le nombre de serveurs est en conséquence. Pour découvrir au mieux la cuisine du chef nous partons sur la formule dégustation (125 euros).


Ca débute avec cet amuse bouche: des crevettes frites de Palamos, c'est simple efficace, addictif, le bol y est passé en moins d'une.


Première entrée une vraie tuerie des arancinis safranés, tartare de thon pimenté avec une feuille de shiso, le riz est bien croquant mais pas trop, le piment est intelligemment dosé, la longueur en bouche est dingue, une merveille.


On continue avec de la fraicheur à gauche: crudo de sériole mariné au citron et à droite mi-cuit de thon rouge, câpres, tomates, les deux étaient excellents mais ma sœur et moi avons préférés le carpaccio de sériole.


Après en avoir longtemps entendu parler voici le morceau de bravoure de la maison: la tarte tatin de tomates confites, glace cacio e pepe, la perfection n'est pas loin, il y a peu être un chouia de sel en trop.


Les spaghettis au homard n'étaient pas irréprochables, servies trop tièdes et au homard un poil caoutchouteux mais j'ai bien eu une émotion sur ce plat, les pâtes sont cuites de façon remarquable bien al dente, elles rebondissent sous le palais. Oubliez les Rummo ou autre Barilla, ici elles sont faites maison et soupoudrées de caviar séché.
 
Plat restaurant le George (8 -ème), blog Délices à Paris.

Pour le plat on a le choix entre viande et poisson pour moi ça sera la côte de veau à la milanaise, encore une émotion, la panure est fine et croustillante, le veau bien cuit accompagné d'une sauce bien sirupeuse aux notes amères, il faut aimer moi j'adore, les légumes dans le petit poêlon en haut à gauche composent un accompagnement simple mais maitrisé.


Le dessert signé Michel Bartocetti s'intitule: fraises Anaïs vanillées, sorbet fromage blanc persillé, brioche façon pandoro, il est peu sucré, frais mais peut-être clivant, en tout cas le pâtissier possède sa pâte c'est sûr.


Pour conclure le repas une mignardise à base de dulce de leche, noisette et agrume, un vrai délice.

Conclusion: c'est tout bonnement le meilleur restaurant italien que j'ai fait, tout les détails sont soignés, du pain extraordinaire servi à table à l'huile d'olive qui l'accompagne. Cette adresse fait dorénavant partie de mes préférées, à mon avis la deuxième étoile n'est pas très loin. Il n'y a pas de dress code particulier, je reviendrais. Comptez 2h30 pour ce repas.

Prix du menu déjeuner: 65 euros.

Prix du menu dégustation: 125 euros.

Menu végétarien ou végétalien: 110 euros.

Prix à la carte: de 59 à 140 euros sans les boissons.

Restaurant le George: 31 Avenue George V. 75008 Paris. Tél: 01 49 52 72 09. Métro: George V. Ouvert tout les jours. Voir site.

jeudi 2 septembre 2021

Un bon kebab chez Grillé (2 ème).

                                

Ca fait des années que cette adresse de kebab haute couture me fait saliver, j'ai lu beaucoup de chose à son égard: trop cher ou pas assez copieux mais le fait de savoir que la viande vient de chez Hugo Desnoyer me poussait à venir voir par moi même, je me disais au pire j'en mangerais deux différent., Une fois sur place on me propose gentiment de pouvoir manger un peu avant l'heure d'ouverture, je dis que je préfère attendre. Le fait de voir la broche cent pour cent poitrine de veau cuite au feu de bois me met en appétit, sinon bon signe on parle en turc ici et je vois un cuisinier préparer les pains pour les kebabs. A 11 h 30 c'est le kegré que je choisis c'est une espèce de revisite du grec qu'on le connait habituellement avec salade, tomate, oignon et de la harissa et une sauce blanche, tout est fait maison ici même les frites.


Voici la bête et je peux vous dire que c'est plutôt copieux, la viande est délicieuse bien épicée sans que ça recouvre son goût, on sent le coté feu de bois, c'est fondant avec du bon gras, le pain est moelleux mais peut être un peu épais. Ca cale bien tout en restant digeste.

Les frites étaient annoncées croustillantes et moelleuses et elles tiennent leur promesse, elles sont du genre épaisses et on sent que c'est de la bonne pomme de terre. J'ai pris de la sauce blanche avec qui était bien fraiche.

Conclusion: c'est une excellente adresse de kebab à noter ils ont plusieurs choix de viande et même de la sardine, les végétariens n'ont pas étés oubliés eux non plus , l'accueil est un peu rude mais après une bonne discussion j'ai pu me rendre compte qu'ils sont tous très  gentils. Quand aux prix ils ne sont données c'est sûr mais dans la moyenne de ce type d'établissements. Si vous adorez les kebabs celui ci est pour vous.

Prix du kegré: 7, 50 euros.

Prix des frites: 3, 50 euros.

Prix d'un kebab: de 5 à 8, 90 euros sans les frites.

Grillé: 6 Rue des Petits Carreaux. 75002 Paris. Tél : 01 40 26 96 62. Métro: Sentier. Fermé le lundi, mardi, mercredi, vendredi et dimanche soir. Voir site.


mercredi 25 août 2021

Baan Nat (Arcueil 94110) Un thaï à Arcueil.


Intérieur restaurant Baan Nat (Arcueil), blog Délices à Paris.

Ca fait des années que je veux tester la cuisine d'Oth Sombath dont j'ai lu le plus grand bien sur divers blog, il propose des mets thaïlandais métissés et modernisés dans un style assez gastronomique, après un passage sur Paris le voici sur Arcueil, une fois sur place l'odeur des épices envahie nos narines, on entend également le bruit qui vient des fourneaux, la clientèle est essentiellement composée de cadres du coin, pour recouvrir le brouhaha de la musique classique, la déco est quand à elle plutôt moderne. Pour ce midi je choisis la formule déjeuner entrée/plat/dessert (22 euros).


Sur les cinq choix d'entrées je prends le riz pané au coco, la panure croustille comme il se doit, on sent bien le coco, c'est un peu pimenté aussi mais un peu secos quand même, le riz très cuit n'est pas très présent, la petite salade de betterave est bien assaisonnée avec une sauce un peu sucrée, pas mauvais dans l'ensemble.

Plat restaurant Baan Nat (Arcueil), blog Délices à Paris.

Ensuite je choisis le plat national thaïlandais: le phad thaï, on peut choisir sa garniture ça sera avec crevettes pour moi, la portion est assez généreuse et ça sent très bon, petit bémol sur la cuisson des nouilles, trop cuites, sinon c'est bon bien parfumé avec un condiment mangue-piment bien aromatique, le tout est légèrement écœurant quand même.

Dessert restaurant Baan Nat (Arcueil), blog Délices à Paris.

On finit avec le meilleur de ce repas, une invention du chef: les nems au chocolat, ils m'évoquent les croquettes de Philippe Conticini (que je n'ai pas goûté), il faut les manger en une bouchée et pas comme moi en croquant dedans et repeignant la table  par la même occasion, le gras de la pâte des nems se marie à la perfection avec le chocolat qui est de qualité, ils sont posés sur une crème coco/citronnelle, les points oranges sont à base de mangue, agrume et miel, les points violets je ne sais plus, au fond une boule de glace au chocolat, un vrai délice ce dessert.

Ce repas a duré 50 minutes, au moment de l'addition le serveur me dit qu'il faut venir le soir car la cuisine est plus gastronomique, le midi c'est plus simple pour satisfaire la clientèle des bureaux qui veut manger vite. Je ne sais pas si j'irai au dîner mais le midi peut être, les prix sont plus doux et les plats sont généreusement servis, si l'exécution était mieux maitrisée cet article aurait été classé au rayon des coups de cœur.

Réservation conseillée.

Prix du menu déjeuner (en semaine): entrée/plat ou plat/dessert: 19 euros. entrée/plat/dessert: 22 euros.

Prix menu Baan Nat: 45 euros.

Prix du menu découverte du chef (en 5 services): 65 euros.

Prix à la carte: de 49 à 57 euros pour entrée/plat/dessert sans les boissons.

Restaurant Baan Nat: 61 Rue Laplace. 94110 Arcueil. Tél: 01 56 45 20 79. RER B: Laplace. Fermé le dimanche. Voir site.



Vous aimerez aussi :